Le château d’Orrouy (Oise) : nouveaux regards sur un édifice complexe

Avant-propos

Le travail présenté ici est extrait d’une étude préalable visant à évaluer le potentiel historique et architectural du château d’Orrouy : à l’issue de ce diagnostic, des perspectives de recherches ont été proposées. Commandée par le propriétaire du site, celle-ci a été réalisée par les membres d’Aquilon, historiens et archéologues. Créée en 2016, Aquilon est une entreprise spécialisée dans les études et la valorisation du patrimoine archéologique et monumental du nord de la France.

Cet article a bénéficié de la collaboration de Nicolas Bilot, Morgan Hinard et Marie Raimond. Toutes les photos et illustrations sont de l’auteur, sauf mention contraire.

Pour l’analyse architecturale, la phase de terrain n’a bénéficié que d’un temps limité sur le site, ainsi les plans et relevés servant à illustrer le propos restent schématiques.

L’étude historique s’appuie sur un dépouillement exhaustif des archives antérieures à 1789, conservées aux Archives départementales de l’Oise. Seuls les registres paroissiaux ont été ignorés1. Aux Archives nationales, une recherche menée dans les inventaires de la série S et dans les minutes de notaires n’a pas apporté de renseignements sur le château d’Orrouy. En revanche, l’analyse de la série P de la chambre des comptes a permis de trouver deux aveux du XVe siècle, mentionnant le seigneur d’Orrouy en 1424-14252. La consultation du fonds Léré, déposé à la bibliothèque municipale de Compiègne, a fourni des renseignements sur le château au XIXe siècle, notamment des relevés architecturaux. Enfin, la consultation des inventaires des archives antérieures à 1789 des Archives communales de Compiègne n’a donné aucun résultat sur Orrouy.

La bibliographie concernant le château et les seigneurs d’Orrouy est mince. La seule notice d’intérêt est celle de Philippe Seydoux pour son ouvrage sur l’habitat élitaire de l’Oise3. Les autres notices s’intéressent au site au temps du comte Doria et des peintres impressionnistes.

Site et situation

La commune d’Orrouy est localisée dans l’est du département de l’Oise, dans le canton de Crépy-en-Valois et l’arrondissement de Senlis (fig. 1). Elle est distante d’environ 21,5 km de cette dernière ville, 13 km de Compiègne et 7 km de Crépy-en-Valois.

 

Fig. 1. Localisation du site (© IGN Géoportail).

 

Le village d’Orrouy se déploie selon un axe sud-ouest/nord-est, en partie supérieure d’un coteau, en suivant la morphologie de la plaine alluviale. Au nord, le plateau, sur lequel se trouvent l’écart et le site antique de Champlieu, domine l’agglomération (jusqu’à 143 m NGF). La rivière Automne coule plus au sud (point bas de la commune à 45 m NGF) et le ru de Visery à l’est. Au nord, la forêt de Compiègne n’est distante du château que d’environ 1 km.

Les ressources sont donc localement abondantes. Les limons lœssiques des plateaux assurent des rendements agricoles remarquables (fig. 2). Les flancs des plateaux, notamment au nord, offrent la possibilité d’extraire relativement facilement de la pierre calcaire pour la construction locale4. Les bois sont nombreux : forêt de Compiègne bien sûr, mais aussi le long des cours d’eau, où l’on trouve facilement des chênes, hêtres, frênes, charmes et buis. L’Automne et son affluent offrent beaucoup de ressources aquacoles et la possibilité d’installer des équipements tels que des moulins hydrauliques. La surface du terroir est de 1614 ha et l’on peut supposer que les contours communaux actuels épousent relativement bien le tracé du ban paroissial ancien5.

 

Fig. 2. Extrait de la carte géologique de l’Oise avec légende (Géoportail et notice de la carte de Senlis infoterre.brgm.fr).

 

Deux axes anciens – autour desquels s’organise l’habitat – traversent le village : le premier part vers le nord en direction de Saint-Jean-aux-Bois ; le second relie les communes voisines de Gilocourt à l’est et Béthisy-Saint-Martin à l’ouest (ou plus largement, Verberie à Villers-Cotterêts et Crépy-en-Valois via la vallée de l’Automne). Le village et son château sont donc plutôt en position secondaire sur des axes importants.

Aperçu historique

L’historien Louis Carolus-Barré écrit que les localités d’Orrouy et des Éluats sont mentionnées vers 992-995 sous les formes « Oratorium » et « Lupis Saltus »6. Toutefois, l’historien émet quelques réserves sur cette dernière forme latine.

En 1255, Mahaut, fille du défunt chevalier Hugues le Sauvage, vend à la collégiale Saint-Thomas de Crépy-en-Valois le quart de la dîme d’Orrouy7. Elle agit avec le consentement de Thomas d’Orrouy et Renaud de Donneval. Nous n’avons pas assez d’éléments pour affirmer si ce Thomas d’Orrouy est seigneur dudit lieu. Un anthroponyme peut se révéler trompeur et, dans cet exemple de 1255, Mahaut tient le quart de dîme de Thomas d’Orrouy qui lui-même le tient de Renaud de Donneval8.     

En plus du château, une maison appartenant à l’ordre du Temple se trouvait dans la localité. Elle est attestée par une transcription d’interrogatoires de templiers emprisonnés, réalisée en 13079. La maison était administrée par Pierre de Villiers-Adam, reçu chevalier en 1285.

Plusieurs auteurs ont émis l’hypothèse que le château actuel repose sur les fondations de l’ancien édifice templier. Elle n’est pas recevable puisque, dans les faits, la suppression de l’ordre du Temple entraîne la mise sous séquestre de ses biens par Philippe le Bel. Ceux-ci sont administrés par des agents du roi jusqu’en 1312-1313, avant la cession aux hospitaliers. La maison templière reste une possession religieuse, car le 24 juin 1595, les chartreux de Bourgfontaine déclarent posséder à Orrouy le fief de Beauvoir consistant en « ung hostel, granges, estable, bergerie, lieu et pourpris comme il se comporte le tout fermé de murs » qui appartenait jadis aux Templiers10. La ferme de Beauvoir, héritière du fief, se situe dans un écart à l’est du village.

Orrouy semble être dans un état précaire pendant la guerre de Cent Ans. L’hypothèse de Philippe Seydoux selon laquelle le premier château a été ruiné pendant le conflit est plausible.

Le 20 juin 1424, l’écuyer Antoine d’Esterlan, seigneur de Bourneville-en-Valois, obtient des lettres de souffrances pour des fiefs et arrières-fiefs mouvants du comté de Valois11. Ses terres sont un héritage de sa grand-mère dont l’identité n’est pas précisée. La seigneurie d’Orrouy n’est pas citée dans ce document mais elle appartient de manière certaine à Antoine Esterlan. En effet, un mois après, le 14 juillet 1425, l’écuyer obtient de nouvelles lettres pour « ses fief et terre d’Oroyr en pays de Valois ». Ces lettres de souffrance sont obtenues « en raison des guerres et divisions »12.

Un érudit axonais, Amédée Piette, écrit que le 27 juin 1538 un seigneur de la famille de Longuevalle réalise un échange avec un dénommé Gérard d’Athies13. Le premier abandonne le fief de la Neuville-Bosmont et plusieurs terres14, dont Glaignes et une nommée Orrouy15. Gérard d’Athies est un militaire qui occupe la fonction de capitaine de 50 hommes d’armes. Cette information est renforcée par les écrits d’Antoine Bataille, procureur du duché de Valois à la fin du XVIe siècle. Il écrit qu’il « y a aussy ung aultre molin au dit Orouy, que Gerard Dathie, seigneur du dit lieu a faict de nouvel construire (…) en l’an 1538. Pour l’érection duquel il y a eu procès contre luy, le Procureur du Roy et les Religieux de Bourgfontaine joincts d’une part, parce que iceluy [moulin] est basti au préjudice d’un molin qu’ils ont au dit Orouy »16. Un dernier élément semble attester la présence de la famille de Fay d’Athies à Orrouy : une des verrières du XVIe siècle décorant le chœur de l’église Saint-Rémi représente une partie des armoiries de la famille (fig. 3).

 

Fig. 3. Verrière de l’église paroissiale Saint-Rémy d’Orrouy aux armes de la famille de Fay d’Athies.

 

Nous ignorons les circonstances de la vente et la récupération d’Orrouy par les Foucault. Cette famille est déjà présente aux Éluats tout au long du XVIe siècle17. Une généalogie de la famille de Flavigny-Renansart affirme que Jean II de Foucault achète la seigneurie d’Orrouy le 31 décembre 160718. Cette date ne peut être retenue puisque Laurent Kokanosky affirme qu’en 1596 une maison de Vaudrampont est achetée par la veuve d’Antoine de Foucault, seigneur d’Orrouy19. De plus, plusieurs mentions des registres paroissiaux affirment que les Foucault sont seigneurs d’Orrouy avant cette date de 1607. Le 2 juin 1596, « Jeanne de Foucaut, fille de la maison dorouy » est choisie comme marraine d’un nourrison prénommé Florent. Autre exemple, plus significatif encore, « Jehan de Foucault escuyer sieur dorouy » devient le 15 janvier 1601 parrain d’un enfant nommé Gérard20. La seigneurie d’Orrouy appartient à Jean II, puis Pierre21, François et Claude Charles de Foucault.

Il apparaît donc que la famille de Fay d’Athies est seigneur d’Orrouy depuis au moins 1538. La famille de Foucault leur succède au plus tard en 1596. Elle conserve la seigneurie jusqu’en 1780, lorsque le domaine est revendu à Joseph Abraham Deshayes, directeur des insinuations et du centième denier du duché de Valois22.

Analyse architecturale

Morphologie générale

Au sein de l’enclos actuel, le site du château forme aujourd’hui un ensemble hétérogène de bâtiments d’époques et d’architectures diverses, dont la pose des premières pierres remonte au moins à la fin de la période médiévale.

Édifiés sur une plateforme terrassée à flanc de coteau, les structures se décomposent en plusieurs unités distinctes (fig. 4, 5 et 6) : un corps de plan quadrangulaire sur caves avec contreforts23 et, accolé à l’ouest, un grand logis de plan rectangulaire axé nord/sud, avec tours en pied, tourelle échauguette et contreforts24 ; un élément de porterie marqué par deux tourelles échauguettes sur contreforts au nord-est25. Une tour-logis néogothique quasiment indépendante au nord-est, installée en partie sur le mur de clôture, ainsi qu’une orangerie viennent compléter la liste des bâtiments26.

 

Fig. 4. Schéma du plan général au sol (au niveau 1 de B2) du château d’Orrouy (d’après un document issu des archives privées du propriétaire).

 

Fig. 5. Détail des bâtiments composants le château (vue sud-est).

 

Fig. 6. Détail des bâtiments composants le château (vue ouest).

 

Il faut également ajouter à ces éléments bâtis un ancien mur d’enceinte très remanié, intégré dans l’enclos actuel et marqué par la présence d’une tourelle en encorbellement (fig. 7). Une seconde tour est visible dans la clôture nord. Les départs de maçonneries conservés, enterrés lors du remblaiement du terrain afin de le niveler, montrent les restes de deux ouvertures décorées de moulures (fig. 8).

 

Fig. 7. Extrait du cadastre ancien dit « napoléonien » de 1827 : en rouge, le tracé de l’enceinte.

 

Fig. 8. La tourelle sud-ouest et l’amorce de maçonnerie semi-enterrée.

 

Un autre bâtiment a disparu depuis moins de deux siècles. Celui-ci et son voisin sont représentés sur le cadastre de 1827 (voir fig. 7), ainsi que sur des dessins vraisemblablement de la main de l’érudit Jean-Antoine François Léré datés de 182627 (fig. 9).

 

Fig. 9. Dessin de la façade occidentale du château (Bibliothèque municipale de Compiègne, Fonds Léré).

 

Trois des plans sont aisément identifiables. Ils représentent les façades ouest et est du grand logis B2. L’une des vues de la façade ouest semble toutefois être une esquisse rapide, car elle ne représente pas tous les éléments visibles. Une autre vue montre la façade orientale du bâtiment visible à l’est du château sur les plans cadastraux d’époque napoléonienne (après vérification métrologique). Le dernier dessin représente une vue depuis le sud, en contrebas. On y voit le mur de clôture de la cour du château avec ses degrés, la tourelle encore visible dans le jardin ainsi que le bâtiment rectangulaire qui lui est voisin. La feuille raccrochée à ce dessin semble représenter plusieurs profils selon plusieurs orientations, à déterminer en fonction de la position du bâtiment « ch » qui est le château. L’on sait que Jean-Antoine François Léré a souvent été très approximatif dans ses travaux et ses observations. Or, ces documents, qui semblent crédibles à première vue, mériteraient une analyse détaillée en les confrontant notamment à des relevés de détail des élévations actuelles et à une critique sérieuse.

Le bâtiment 1 (le corps B avec la fondation B1a et l’élévation B1b)

Depuis l’accès principal au site, par le portail situé à l’ouest, le bâtiment 1 est masqué par le grand corps de logis (fig. 10). Très remanié dans ses élévations, on peut toutefois y repérer d’anciennes ouvertures sur le pan est, notamment une baie bouchée sommée d’un arc très perturbé.

 

Fig. 10. Vue générale du château depuis le sud-est (B1 est au premier plan).

 

Néanmoins, sa présence dans ce petit corps de logis ainsi que son orientation, à l’est, est-elle un indice à rapprocher de la mention de Louis Graves concernant l’existence d’une chapelle domestique28 ? Sur cette même face, au pied d’un contrefort, un jour révèle la présence d’un niveau excavé. Cet élément architectural, tenant compte par ailleurs de la nature de sa mise en œuvre, tend à faire de ce logis le bâti le plus ancien du site. Accessible depuis B2-C, la descente de cave se compose d’un escalier droit de 14 marches, couvert d’arcs surbaissés en ressauts menant à un premier espace voûté en berceau (fig. 11 et 12). On trouve ici peu d’aménagements, hormis la présence d’une niche insérée dans le mur oriental, dont les claveaux forment un arc brisé, ainsi qu’une sorte d’autel en dalles de pierre qui paraît être rapporté. L’hypothèse d’un espace religieux semi-enterré est tentante, mais ne s’explique pas.

 

Fig. 11. L’escalier entre B2-C et B1a.

 

Fig. 12. La cave du niveau –1 de B1a.

 

Une nouvelle volée de marches, plus longue, conduit à un second niveau où se trouve une cave à cellules voûtée en ogives aux nervures chanfreinées (fig. 13). Son niveau de sol actuel est plus élevé que le niveau originel en raison de la présence de remblais. Un pilier maçonné comble le fond de la cave dans l’axe de l’entrée29. Un évent débouchant dans le jardin actuel permet d’aérer le niveau enterré. En observant les moulures des claveaux des arcs couvrant les descentes d’escaliers, on constate que celles-ci ne sont pas similaires à celles de la première volée. Ces dernières présentent un profil aux arêtes taillées en cavet, tandis que celles de la seconde volée sont chanfreinées. On retrouve ce traitement couramment sur les caves d’autres édifices des environs tels que le manoir de Saint-Symphorien à Pontpoint30 (début du XIVe siècle), le château de Pierrefonds (vers 1395) ou au château de Montépilloy31, dans l’escalier de la grande cave (vers 1410), dans la cave de la ferme de Vaulerent32, remontant peut-être au début du XIIIe siècle33, ainsi que dans la cave du prieuré victorin de Bray-sur-Aunette datant de la seconde moitié du XIIIe siècle34.

 

Fig. 13. La cave du niveau –2 de B1a.

 

Les niveaux supérieurs ayant été très modifiés, peu d’éléments sont visibles pour guider la réflexion. Toutefois, l’observation des plafonds peut fournir quelques indices d’aménagements disparus, comme des cheminées. Mais c’est surtout la présence d’une porte à coussinets avec feuillures, aménagée dans le mur séparant B1 et B2, qui va fournir de nouvelles clefs de lecture – nous y reviendrons plus bas.

Le bâtiment 2 (le logis B2 ; les noms des différentes pièces du niveau 1 renvoient à la fig. 3)

Malgré une apparente homogénéité, notamment grâce à son parement en pierre de taille calcaire de moyen appareil, le logis se révèle avoir subi de nombreux remaniements. La modernisation des ouvertures du mur-gouttereau ouest a effacé les traces des états antérieurs et le traitement du parement (décor de faux-joints) rend difficile la lecture et le repérage d’indices potentiels dans le cadre de cette étude. On note, toutefois, quelques éléments susceptibles de nous renseigner sur l’état précédent du logis (fig. 14).

 

Fig. 14. Vue générale du château depuis l’ouest (B2 exclusivement).

 

L’un de ces éléments se trouve être la tourelle engagée dans la façade. Tout d’abord, son emplacement est peu commun. On l’attendrait à un angle ou au milieu de la façade comme sur de nombreux édifices médiévaux,  au château de la Douye à Béthisy-Saint-Pierre35 ou au manoir de Lésigny à Néry36, par exemple. Son incorporation aux maçonneries intrigue elle aussi : elle est engagée à plus de la moitié de son diamètre dans le mur, ce qui soulève des questionnements sur son état originel. A contrario, l’imposante tour d’angle nord-ouest semble bien en place. La petite tour échauguette sur contreforts, isolée à l’angle sud-ouest, affiche un profil mêlant différentes inspirations. On y trouve une certaine simplicité des formes soulignée par de nombreux éléments sculptés comme les modillons du registre inférieur, dont on se demande s’ils ne sont pas rajoutés, et un renvoi aux tourelles de la porterie.

La distribution des fenêtres – sur les façades largement ouvertes à l’ouest et au sud – montre une recherche d’harmonie symétrique qui caractérise des remaniements tardifs (postérieurs à la seconde moitié du XVIIe siècle, plus probablement après le début du XVIIIe siècle, et peut-être en plusieurs phases). De grandes ouvertures alignées verticalement font entrer la lumière aux étages, tandis que les niveaux en rez-de-jardin – partiellement enterrés en raison de la déclivité du terrain – conservent des jours assez peu remaniés37, au côté d’autres ayant été élargis. Le mur de croupe nord ainsi que le mur-gouttereau est sont quasiment aveugles, l’un donnant sur la rue, l’autre masqué par d’autres constructions38. Accolé au pan oriental et faisant la jonction avec la porterie, un pavillon (B2-O) abritant un escalier (B2-N) permet de desservir les étages.

L’organisation intérieure des espaces du rez-de-jardin se compose de plusieurs petites pièces séparées par un refend jouxtant au nord la descente d’escalier vers le niveau –1 de B1a. Une galerie de circulation entre les bâtiments 2 et 1 a été ménagée dans – ou entre – les maçonneries de ces derniers (B2-E) ; on y remarque également l’envers d’un escalier droit, à mettre en relation avec la baie bouchée visible sur le pan est39. Cette disposition est complexe et soulève de nombreuses questions, que nous aborderons plus bas. Quelques éléments notables sont visibles : une large porte murée de 2,25 m de large avec plate-bande clavée, des niches et diverses traces d’outils de taille.

L’accès aux pièces situées par-delà le refend se fait en montant un court escalier droit. Se trouve ensuite un couloir (B2-F) bordant deux pièces dont la division n’est pas d’origine (B2-G et B2-H), avant de passer une porte aménagée dans une maçonnerie épaisse. La dernière pièce, la plus au nord (B2-I), donne accès à l’intérieur des deux tours d’angles du mur de croupe (B2-J et B2-K) ainsi qu’à l’extérieur via des portes de part et d’autre d’une large cheminée. Dans le mur oriental, une porte mène à la pièce d’entrée accessible par la porterie (B2-L).

Les étages supérieurs, fortement remaniés et habillés, ne laissent entrevoir que peu d’éléments susceptibles de renseigner sur leurs états antérieurs. On notera tout de même les beaux plafonds aux solives et sommiers apparents, où les trémies indiquent la présence d’anciennes cheminées. Des traces de clous en sous-faces de ces bois attestent d’un lambris ou d’un lattis pour un plafond en plâtre aujourd’hui disparu.

Au dernier étage, dans des combles aménagés sur deux niveaux, les nombreuses possibilités d’observations des maçonneries ont permis de remarquer des éléments primordiaux pour la compréhension de l’agencement des bâtiments ainsi que des états antérieurs du logis. On constate ainsi la présence d’une maçonnerie semi-circulaire de faible diamètre, révélant l’emplacement d’une tourelle. Cette dernière se trouve en vis-à-vis de la tourelle engagée dans le mur-gouttereau ouest. On en déduit un état où le logis était moins long d’une travée vers le nord avec deux tourelles d’angles sur son mur-pignon. Venant conforter cette proposition, l’épais mur que l’on traverse au rez-de-chaussée pour relier B2-F à B2-I, se trouve être le mur-pignon originel40. Les arases des murs semblent avoir été rehaussées comme l’attestent les longues pièces de bois – probablement les anciennes sablières de la charpente – sur lesquelles reposent les corniches en pierre.

La charpente du logis

La charpente du corps de logis principal du château est de type à « fermes et pannes » et se compose de cinq fermes et deux demi-fermes de croupes aux extrémités nord et sud (fig. 15 et 16). Sa particularité tient dans la structure en pan de bois qui supporte cette charpente et qui repose sur le blocage et le parement interne des murs-gouttereaux ainsi que sur les murs de refend (fig. 17 et 18). Cette structure débute au mur de croupe sud et se termine à l’aplomb de la cinquième ferme au nord. Au travers des éléments visibles, on observe deux pans de bois parallèles aux murs-gouttereaux qui traversent le comble du sud vers le nord. Des poteaux et potelets sont assemblés régulièrement, au rythme d’un poteau tous les trois potelets, en tenons et mortaises chevillées, en pied à une sablière basse et en tête à une sablière haute. Le pan est garni d’un hourdis constitué de moellons, fragments de tuiles et blocs de pierre de taille scellés au mortier. Au droit d’un potelet manquant, un espace creusé dans le hourdis – menant au conduit de cheminée – permet d’observer la présence de solives disposées parallèlement à la sablière, à son niveau. Toute la structure en pan de bois n’a pas pu être observée en raison d’un plancher et de portions de maçonneries. Un élément a toutefois retenu notre attention : la présence d’une pièce de bois de forte section, perpendiculaire à la structure et recevant le pied du poteau supportant la troisième ferme. Il n’a pas été possible de vérifier si cet élément se retrouvait du côté ouest. Est-il possible que la pièce soit une poutre reliant les pans opposés en plusieurs endroits de la structure afin de la maintenir en place ?

 

Fig. 15. Détail de la partie supérieure d’une ferme.

 

Fig. 16. Détail de la partie supérieure d’une demi-ferme de croupe.

 

Fig. 17. Détail de la structure en pan de bois.

 

Fig. 18. Schéma de la charpente : coupe longitudinale.

 

Le rôle de cette structure semble d’avoir été de surélever la charpente afin d’offrir un comble à plancher sur plusieurs niveaux. On pense ici aux charpentes de comble à surcroît ou à portique dont la fonction connue et similaire n’a pas été adoptée ici pour des raisons que nous ignorons en l’état de nos connaissances. Les tailles d’assemblages visibles aux abouts des entraits témoignent du réemploi de ces pièces.

Les fermes (fig. 19) sont constituées d’un entrait reposant sur une courte section de poteau, assemblée en pied à la sablière haute, à l’aplomb du poteau du pan de bois et raidi par un aisselier. Les pieds des arbalétriers viennent s’assembler sur la face supérieure de l’entrait. Seule cette portion des fermes est visible à partir du comble inférieur, un plancher étant posé sur les entraits. L’accès au comble supérieur se fait par le biais d’un escalier droit en bois. La partie supérieure de la ferme est composée d’un faux entrait raidi par des aisseliers et d’un poinçon de fermette, d’un couple de contrefiches et d’arbalétriers. Les fermes des extrémités – la première et la cinquième – ont été augmentées des pièces nécessaires aux croupes, à savoir : une demi-ferme à contrefiche et deux arêtiers et leurs coyers assemblés à un gousset. Le système de contreventement est complet avec des liens obliques assemblés en pied au poinçon, à mi-bois à la sous-faîtière et en tête à la panne faîtière. Deux autres cours de pannes supportent la couverture très récente – lattis et ardoises – et les chevrons sont assemblés en pied à une sablière posée sur l’arase du parement externe des murs-gouttereaux. Des échantignoles sont chevillées sur les arbalétriers afin d’offrir une butée aux pannes, dont les raccords par entures en sifflet se font au droit des fermes. La hauteur totale d’une ferme d’entrait à faîtière est d’environ 6,20 m et la portée des entraits avoisine les 10 m : la pente de toit avoisine ainsi les 50°.

 

Fig. 19. Schéma de la charpente : coupe axiale.

 

De nombreux bois en réemplois ont pu être repérés : faux-entrait de la ferme 5, chevrons avec traces de clous et mi-bois. Il ne semble pas y avoir de pièces manquantes. La cinquième ferme diffère légèrement des autres en raison d’aisseliers de faux-entrait plus courts, assemblés en tenon-mortaise avec butée sur des arbalétriers en remplois. Ces éléments sont des indices du remaniement de la charpente lors de l’extension du mur-pignon nord et la surélévation du comble.

Les quelques marques d’assemblage observées montrent une numérotation suivie, à base de bâtonnets, de la ferme 1 à la ferme 4. Un autre système semble avoir été adopté pour les pièces des enrayures des croupes. Majoritairement, les marques d’outils montrent un équarrissage des pièces de bois à la doloire ainsi que des traces de sciage pour les pièces les plus récentes. D’après les marques et le sens du chevillage, la face d’établissage lors de la « mise-dedans », puis du remontage de la ferme se trouve être celle orientée au sud. Le levage des fermes s’est effectué depuis le sud vers le nord, sauf pour la cinquième dont le sens est inversé en raison d’une reprise postérieure.

Au regard du profil technique de la charpente, celle-ci ne semble pas être antérieure au XVe siècle. Le profil est largement connu localement dans les logis et granges reconstruits au lendemain de la guerre de Cent Ans, ou lors de la mise au goût du jour des églises dans le style flamboyant au début du XVIe siècle dans notre territoire. Dans sa disposition actuelle, la charpente n’est probablement pas antérieure au XVIe siècle. Le développement des murs de croupes, et donc des demi-fermes de croupe, sur les bâtiments civils au cours de ce dernier siècle est un indice chronologique solide à mettre en relation avec l’évolution du bâti. En restant prudent, les sections et longueurs des bois, notamment les entraits, peuvent également être des éléments plaidant pour un placement chronologique entre la guerre de Cent Ans et l’apparition des problèmes d’approvisionnement en bois longs progressivement au XVIe siècle et principalement au XVIIe siècle, en raison du développement de la charpenterie navale.

En se basant sur la numérotation actuelle, et si les fermes sont bien celles d’origine, on peut proposer une restitution de la charpente avant l’extension nord du logis. Le bâtiment, plus court d’une travée, présenterait ses murs-pignons d’origine et la charpente, seulement composée de 4 fermes, ne serait pas surélevée par la structure en pan de bois. Faîtière et pannes viendraient se ficher dans les maçonneries des pignons, les fermes des extrémités ne se trouvant qu’à une travée de ceux-ci.

De manière globale, la charpente semble homogène, mais la présence de la structure en pan de bois, les quelques différences visibles sur la cinquième ferme, les assemblages vides des entraits ainsi que les petits supports en pierre de taille venant supporter les entraits au niveau de leurs abouts sont autant d’indices de remaniements importants du bâtiment, dont les maçonneries conservent les traces. La conservation potentielle de bois provenant de la première charpente pourrait être déterminée par une étude plus poussée de la charpente, l’observation de son intégration aux maçonneries ainsi que le recours aux moyens modernes de datation absolue comme la dendrochronologie. L’hypothèse d’un rehaussement de la charpente afin d’augmenter les espaces habitables ou de stockage est à privilégier en l’état de nos connaissances. Toutefois, il faut aussi considérer la possibilité d’un pan de bois structurant un espace en belvédère.

Le bâtiment 3 (la porterie B3)

Cette construction, assimilée à une porterie ou à l’avant-corps d’un châtelet d’entrée, est caractérisée par un pan de mur encadré par deux contreforts sommés de petites tourelles échauguettes (fig. 20).

 

Fig. 20. Vue de la porterie depuis l’est (B3 et le mur d’extension B5, à droite la tour-logis néogothique B4).

 

En raison des aménagements intérieurs, de la reprise des maçonneries et de l’aménagement d’ouvertures modernes, il est très difficile de percevoir les traces d’un ancien accès, piéton ou charretier. Des deux pans de murs ajoutés de part et d’autre de cette potentielle entrée, celui du sud (B5), tardif, remplace une maçonnerie plus ancienne dont on devine la trace au niveau des assises de pierres encore chaînées au contrefort41. Le pan de mur masqué, en retrait, apparaît toutefois sur l’un des plans réalisés par Jean-Antoine François Léré, en 1826. Notons encore la présence, notamment dans les tourelles au niveau 4, de traces de marteau-taillant bretté, outil utilisé dans notre territoire entre le XIIIe et le XVIIe siècle. Ici encore, des observations plus poussées des structures visibles dans les combles permettraient de mieux comprendre son agencement et ses relations avec les autres structures.

Éléments de synthèse

En raison des difficultés à pouvoir déterminer ici sans incertitudes les relations complexes entre les maçonneries de B1 et B2 – particulièrement au niveau de la galerie de circulation (B2-E) et de l’entrée de la première cave (B1a) – nous proposerons plusieurs hypothèses basées sur des éléments factuels ainsi que nos observations42. Nous pouvons donc constater :

  • La présence d’un jour – aujourd’hui bouché – dans la galerie de circulation B2-E implique l’existence de ce mur à une période où aucune structure n’était accolée à son pan est, à moins d’avoir été réinsérée (fig. 21). Les relations stratigraphiques observées à la rencontre des maçonneries des deux bâtiments à l’angle sud-est montrent que B1 est venu s’appuyer sur B2, ou plutôt sur un bâtiment antérieur B0 disparu. Les perturbations en coup de sabre visibles sur le mur-gouttereau oriental de B2 montrent qu’une maçonnerie est venue se raccrocher à une autre. Ceci peut s’expliquer en considérant que le bâtiment B0 ait été effondré, hormis la partie du pan sur lequel s’appuyait B1, et que le nouveau bâtiment B2 ait réutilisé cette maçonnerie. Confortant cette hypothèse, on peut observer dans les combles, au quatrième niveau, une ouverture dans le mur oriental de B2 dont la face extérieure a ses bords chanfreinés, tandis qu’à l’intérieur une feuillure est visible ; l’appui est plongeant comme pour éclairer un espace situé plus bas43 (fig. 22). Si l’on observe les maçonneries de B2 sur ce même pan au niveau 1 (autour de la descente vers la première cave de B1a), on peut en déduire que la galerie B2-E se situe bien entre les parements du logis (fig. 23).

 

Fig. 21. Détail de l’ouverture orientale de B2 au niveau 1 (B2-E).

 

Fig. 22. Détail de l’ouverture orientale de B2 au niveau 4.

 

Fig. 23. Schéma d’une coupe à travers le mur oriental de B2 (autour de B2-E).

 

  • L’analyse des faciès des deux parements de la galerie permettrait d’en savoir plus sur une potentielle contemporanéité. Ils seraient ensuite comparés aux autres parements accessibles de B2. D’après nos observations, on ne trouve pas de traces de taille au marteau-taillant bretté sur les blocs en parement de B2 – mais des ravalements postérieurs sont toujours envisageables. Quelques mesures des gabarits des blocs permettraient également de faire des rapprochements par métrologie.
  • Qu’en est-il des tourelles et des vestiges anciens du mur d’enceinte ? Nous proposons de restituer le tracé de l’emprise de l’enceinte en prenant en compte l’emplacement des tourelles, les départs de maçonneries des vestiges, l’orientation de la porterie, le réseau viaire ainsi que la morphologie du terrain. Il ne s’agit pas nécessairement pour autant du tracé primitif qui a pu être plus vaste et peut-être moins régulier, surtout si l’on réfléchit à la présence d’une basse-cour, espace économique relativement vaste et indissociable d’un château. Le mur d’enclos fermerait le site au nord en longeant la voie et au sud en suivant un tracé plus ou moins parallèle, bordant ainsi la terrasse aménagée pour l’assiette du château. Légèrement au sud-est de ce dernier, on note un accès possible via une rampe en pente douce aménagée dans la descente du coteau (fig. 24).

 

Fig. 24. Proposition de restitution d’une voirie secondaire dédiée au château.

 

Sans pouvoir avancer de datation absolue, on peut tenter de reconstituer, par datation relative, l’évolution architecturale du site dans ses grands traits (concernant B1 et B2). En raison de leur déconnexion matérielle, l’enceinte et la porterie B3 sont actuellement plus difficiles à affecter à une phase (fig. 25).

 

Fig. 25. Proposition de phasage de l’évolution du bâti du château.

 

À ce jour, les observations réalisées sur le terrain ont soulevé autant de questions qu’apporté de réponses : néanmoins, ces informations sont en grande partie inédites.

Malgré l’apparente homogénéité des bâtiments, l’observateur attentif peut rapidement déceler de nombreux indices d’états antérieurs permettant de restituer un site à l’évolution complexe. Les hypothèses avancées ci-dessus témoignent du potentiel et de la richesse du site. La réalisation d’un plan des structures au tachéomètre serait une aide fondamentale à la réflexion, compte tenu de l’imbrication des bâtiments, des niveaux et des circulations. Des relevés ponctuels, recourant à une méthode fine d’archéologie du bâti et à des comparaisons architecturales plus précises pour les quelques éléments typologiques, permettraient d’affiner le phasage et les hypothèses de datation. De tels relevés, choisis avec pertinence, permettraient, par ailleurs, de lever les doutes sur les hypothèses de remplois ou de réinsertion qui sont autant de faux-amis pour l’établissement d’une chronologie indiscutable.

Enfin, l’édifice gagne à être comparé aux nombreux édifices du même bassin géographique, à savoir la vallée de l’Automne. C’est précisément dans le cadre du Projet collectif de recherche (PCR) Les places fortes des Hauts-de-France44, que nous prévoyons de présenter les résultats d’une analyse comparative de ces sites.


Notes

1. L’étude et l’analyse de ces derniers auraient dépassé le cadre de cette étude. Les registres paroissiaux et l’état civil d’Orrouy forment une série continue de 1598 à 1792. Seules les années 1636, 1637 et 1638 sont lacunaires. Ils sont accessibles sur le site internet des Archives départementales de l’Oise. De tels registres comportent parfois des informations bien au-delà des naissances, mariages, décès.

2. Archives nationales, P 716, 153, n° 280 et 280 bis.

3. Seydoux 2009.

4. Calcaire des étages Lutétiens supérieur et inférieur (surtout la séquence e5d et e5c à milioles), présentant de très bonnes propriétés mécaniques pour le type de construction qui nous intéresse ici.

5. Touzery 1995, passim.

6. Carolus-Barré 1998, p. 21.

7. Acte n°201504 dans Chartae Galliae. Édition électronique: Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 2014. (Telma). [En ligne]. Date de mise à jour : 16/09/11. Première version : 10 juin 2010.

8. « (…) je Thoumas de Orooir, de cui la devant dite Mahauz tenoit cele quarte part de cele disme, et je Renauz de Donneval, de cui cil Thoumas tenoit (…) » (voir note précédente).

9. Archives nationales, JJ 413, n° 18.

10. Archives nationales, R4/175.

11. Bourneville est aujourd’hui un hameau de Marolles (60385), canton de Nanteuil-le-Haudouin, arrondissement de Senlis, département de l’Oise.

12. Archives nationales, P 716, 153, n° 280 et 280 bis.

13. Piette 1854, p. 315. Gérard d’Athies est également appelé de Fay d’Athies selon les textes.

14. La Neuville-Bosmont (02250), canton de Marle, arrondissement de Laon, département de l’Aisne.

15. Cette instabilité de la propriété seigneuriale au XVIe siècle a notamment été mise en évidence à Glaignes par Morgan Hinard lors de nos récentes recherches (Bilot 2019 et Chartier 2020a).

16. Guizot 1895, p. 59.

17. Kokanosky 2015.

18. Anonyme 1851, p. 19.

19. Kokanosky 2015.

20. Archives départementales de l’Oise, EDT124/1E4.

21. « Le vingt cinquieme desdits mois et année [octobre 1640] a esté baptisé un filz (…) nommé Pierre par Pierre de foucault escuier, seigneur dorouy cap[itai]ne dune compagnie dinfanterie au regiment de Bretagne (…) » (Archives départementales de l’Oise, EDT124/1E5, f° 47).

22. Les Archives départementales de l’Oise ont acquis en 2008 le fonds d’archives privées de Joseph Abraham Deshayes qui est non communicable à ce jour.

23. Nommé dans cette étude « bâtiment 1 » ou B1, composé de B1a et B1b.

24. Nommé dans cette étude « bâtiment 2 » ou B2.

25. Nommé dans cette étude « bâtiment 3 » ou B3.

26. Ces bâtiments du XIXe siècle n’ont pas été étudiés dans le cadre de ce travail.

27. Bibliothèque municipale de Compiègne, VDC 197/XXVIII 6, commune d’Orrouy : nous ne fournissons en illustration qu’un seul plan dans cet article.

28. Graves 1843, p. 152 : l’auteur fait peut-être une confusion avec l’installation templière d’Orrouy à laquelle il assimile le château.

29. L’on se demande si ce pilier de maçonnerie sert à bloquer un accès ou à étayer.

30. Pontpoint (60700), canton de Pont-Sainte-Maxence, arrondissement de Senlis, département de l’Oise.

31. Montépilloy (60810), canton de Pont-Sainte-Maxence, arrondissement de Senlis, département de l’Oise.

32. Villeron (95380), canton de Goussainville, arrondissement de Sarcelles, département du Val-d’Oise.

33. Blary 1989.

34. Rully (60810), canton de Pont-Sainte-Maxence, arrondissement de Senlis, département de l’Oise. Voir Chartier 2020b, p. 44.

35. Béthisy-Saint-Pierre (60320), canton de Crépy-en-Valois, arrondissement de Senlis, département de l’Oise.

36. Néry (60320), canton de Crépy-en-Valois, arrondissement de Senlis, département de l’Oise.

37. L’épaisseur de la maçonnerie à ce niveau est d’environ 1,50 m.

38. Les bâtiments 1 et 3 et l’extension 5.

39. Cette baie présente un appui et une feuillure.

40. De plus, l’épaisseur de la maçonnerie est similaire à celle du mur de croupe sud, soit 1,30 m.

41. Une ouverture dont le profil est similaire aux baies du mur gouttereau ouest est également masquée par le pan.

42. Ces observations ont été faites sur le pan à trois niveaux différents de B2 : au niveau 1 de B2 (rez-de-jardin), au niveau 3 de B2 et au niveau 4 (dans les combles).

43. Notons toutefois les trous laissés par d’anciens barreaux, ce qui est assez étonnant pour une ouverture située à une dizaine de mètres de haut : à moins qu’ils ne servaient qu’à empêcher les animaux d’entrer. Cet élément pourrait aussi être en réemploi.

44. Ce PCR est dirigé par Thomas Byhet, Claire Pichard et Yves Roumegoux du Service régional de l’archéologie Hauts-de-France. Plus d’informations sont disponibles sur le site du PCR.


Bibliographie

Anonyme 1851 : ANONYME, De Flavigny-Renansart, Imprimerie de E. Duverger, Paris, 1851.

Bilot 2019 : BILOT (N.) [coord.], Ancien château de Glaignes, Diagnostic historique, archéologique et monumentale, n° 5, Rapport d’étude finale pour les propriétaires, Aquilon, juin 2019.

Blary 1989 : BLARY (Fr.), Le Domaine de Chaalis, XIIe-XIVe siècles . Approches archéologiques des établissements agricoles et industriels d’une abbaye cistercienne, Éditions du CTHS, Paris, 1989.

Carolus-Barré 1998 : CAROLUS-BARRÉ (L.), Le comté de Valois jusqu’à l’avènement de Philippe de Valois au trône de France (Xe ‍siècle – 1328), Société d’Histoire et d’Archéologie de Senlis, Senlis, 1998.

Chartier 2020a : CHARTIER (M.) [dir.], Glaignes (Oise, Hauts-de-France) : Synthèse historique, archéologique et monumentale, n° 4, Rapport d’étude préalable pour la commune de Glaignes, Aquilon, août 2020.

Chartier 2020b : CHARTIER (M.) [dir.], Prieuré de Bray-sur-Aunette (Oise, Hauts-de-France). Histoire et architecture de l’espace économique d’un établissement victorin : Étude complémentaire historique, archéologique et monumentale, n° 5, Rapport d’étude finale pour les propriétaires, Aquilon, mai 2020.

Graves 1843 : GRAVES (L.), Précis statistique sur le canton de Crépy-en-Valois, arrondissement de Senlis (Oise), Achille Desjardins, Beauvais, .

Guizot 1895 : GUIZOT (Ed)., « Antiquités de Valois par Me Anthoine Bataille, procureur du Roi au Duché de Valoys en 1598 », Comptes rendus et mémoires du Comité archéologique de Senlis, 3e série, 10 (1895), p. 1-76.

Kokanosky 2015 : KOKANOSKY (L.), « Verreries et verriers en forêt de Compiègne et de Retz (XIVe-XVIIe siècle) » Archives du Valois, mis en ligne le 11 novembre 2015, URL : https://archivesduvalois.com/2015/11/11/verreries-et-verriers-en-foret-de-compiegne-et-de-retz-xive-xviie-siecle/

Piette 1854 : PIETTE (A.), « Le terrier de Vervins », Bulletin de la Société Académique de Laon, 3 (1854), p. 303-327.

Seydoux 2009 : SEYDOUX (P.), Châteaux et gentilhommières des pays de l’Oise, Volume 2 : Valois, Éditions de la Morande, Paris, 2009.

Touzery 1995 : TOUZERY (M.), Atlas de la généralité de Paris au XVIIIe siècle. Un paysage retrouvé, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1995.

 


Citation électronique : Maxime Chartier, « Le château d’Orrouy (Oise) : nouveaux regards sur un édifice complexe », Les places fortes des Hauts-de-France, ISSN 2741-4701, mis en ligne le 18 décembre 2020 <https://placesfortes.hypotheses.org/941>.

Le carnet Les places fortes des Hauts-de-France est enregistré sous le code ISSN 2741-4701.

Toute reproduction partielle ou totale de ce contenu est interdite sans autorisation.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. FONTAINE Patrick dit :

    Très intéressant
    Merci

  1. 28 décembre 2020

    […] vous signale la parution d’un nouvel article publié sur le carnet de recherches Les places fortes des Hauts-de-France. Il est rédigé par les membres d’Aquilon*, historiens et archéologues et, plus […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search